La base de la spiritualité, c’est que la Vie n’est pas apparue de manière aléatoire sur cette planète et qu’il existe, en effet, véritablement, un Créateur (et tout à la fois, une Créatrice) dont nous sommes issus. Les religions l’ont appelé(e) « Dieu ». Mais contrairement aux croyances que peut véhiculer l’image du vieux barbu sur son nuage, ce principe créateur n’est pas séparé de nous. Pas plus qu’il n’est genré ou anthropomorphe.

Ce Créateur / cette Créatrice s’appelle la Source. Certains le / la nomment aussi le Tout, le Tao ou l’Univers.

 

Qu’est-ce que la Source ?

La Source, c’est l’essence et la trame de la Vie. C’est le début, le milieu et la fin de Tout ce qui Est. C’est la Présence, invisible aux yeux physiques, qui nous interpénètre et nous entoure. C’est l’Être dont Tout est issu.

 

Tu t’es déjà demandé d’où venaient les constellations, d’où venait la Nature, d’où venaient le Temps, la Mort, la Vie ?

De la Source.

On t’a peut-être expliqué, quand tu étais enfant, que c’était Dieu qui avait crée tout ça.

C’est vrai… et ça ne l’est pas. La Source, c’est effectivement ce que les religions ont appelé « Dieu ». Je croyais moi aussi qu’il s’agissait de la même chose, jusqu’à ce que je lise « Devenir canal d’action de la source » de Daniel Létourneau. Note que je n’ai pas complètement adhéré à tout ce qu’il peut y dire, peut-être que j’ai encore des croyances limitantes qui m’en empêchent…  En tout cas il y explique que Dieu est en fait… une émanation de la Source. Une émanation puissante, entendons-nous. Mais juste une manifestation, une expression de quelque chose de plus grand. Dieu ne serait donc pas « tout ce qu’il y a » ; il y aurait encore quelque chose au-dessus.

Y a-t-il quelque chose au-dessus de la Source ? À ce jour, je ne pense pas.

Personne n’a crée la Source. La Source Est.

C’est difficile à concevoir, je sais.

 

La Source est Tout. Elle est potentiel de Tout. C’est à dire que tout ce qui est, tout ce que tu peux voir, toucher, sentir, entendre, ressentir, expérimenter etc. vient de la Source.

Tout ce dont tu peux rêver et tout ce que tu n’as même pas encore imaginé est déjà dans la Source.

Une analogie très parlante est faite dans le tome 4 de Conversations avec Dieu (de Neal Donald Walsch). Prends un jeu vidéo. Tout ce que tu peux vouloir faire en tant que joueur est déjà inscrit dans le programme. Tout est « déjà écrit » si tu veux, au sens propre. La Source, c’est la même chose. Tous les potentiels existent dans la Source. Tous.

L’inspiration créatrice vient de la Source. Les idées, les mots, les grandes œuvres d’art, les gratte-ciel viennent de la Source. Car la Source est Tout ce qui Est.

Alors non, bien sûr. La Source n’est pas une sorte d’endroit dans le ciel où des girafes chaussées de sous-marins gambadent dans des champs d’arbres à caramels mous sous la mélopée douce de petits vers moustachus adeptes de polyphonies corses. 😀

La Source n’est pas un endroit, encore moins une personne ; c’est une énergie. C’est un état vibratoire extrêmement subtil, infiniment élevé. Les tour Eiffel, Empire State Buildings et autres Jocondes qui dansent à l’intérieur le font sous forme d’idées. Ou plus exactement, d’énergies.

La Source est énergie.

Et si la Source est Tout, then Tout est énergie.

Ce qui se trouve être le principe #1 de l’énergétique.

Donc énergétique et spiritualité marchent main dans la main. Nécessairement.

 

Il était une fois, la Source

Au commencement des temps, avant que le Temps n’existe, la Source Était. Elle savait qu’elle était Tout. Mais savoir une chose et en faire l’expérience sont deux états différents, et la Source a souhaité s’expérimenter.

« Je sais que je suis Joie. Mais qu’est-ce que c’est, de vivre la Joie ? » (Où « joie » peut être remplacée par tout ce que tu voudras, y compris « colère », parce que TOUT ça veut bien dire Tout – le « bon » comme le « mauvais ».)

Tu le sens, le gros coup de coude qui te dit qu‘il n’y a ni « bon » ni « mauvais » en réalité ? Juste des états, des choix que la morale judéo-chrétienne a classifiés et étiquetés en OK et Non-OK.

Je sais, en tant que Sandra, que je suis brune. Je peux me définir en tant que « brune » parce que je sais ce que sont une « blonde » ou une « rousse », et parce que je sais que je ne suis pas cela.

Si le groupe des chevelures était un tout qu’on n’avait jamais fait « éclater » en nuances, je pourrais juste te dire que j’ai des cheveux. La question de la couleur ne se poserait même pas.

Imagine un corps roulé en boule. On sait qu’il a des bras, des jambes, un tronc, mais on ne les distingue pas tant que le corps ne se déplie pas. L’image est peut-être un peu bancale, mais c’est celle qui me vient pour t’expliquer le déploiement de la Source quand elle a décidé de se connaître par l’expérience. En se « dépliant », elle a fait apparaître ses bras, ses jambes, et le reste. Elle était un Tout composé de Tout mais qui, du coup, n’était Rien. Un non-choix. Un pur potentiel illimité, comme l’appelle Deepak Chopra.

 

Et paf…… ça fait des Chocapics

Pour s’expérimenter, il a donc fallu qu’elle se scinde en différentes parties. C’est fort possiblement ce que nos scientifiques ont appelé le Big Bang.

Toujours d’après Conversations avec Dieu, cet « éclatement » s’est produit lorsque la Source a crée le monde de la dualité dans lequel nous vivons. En effet, tout sur cette planète est fondé sur des couples d’opposés : nous avons « le jour », et nous avons « la nuit », le « blanc » et le « noir », le « Bien » et le « Mal » etc. Dans le Tout, il n’y a ni jour, ni nuit, ou plutôt il y a les deux à la fois – donc aucun. (Tu me suis ?)

Pour créer ce monde des opposés, la Source a dû créer (ou plutôt « sortir du Tout ») l’opposé polaire de sa fréquence fondamentale. L’opposé d’elle-même, si tu veux. Disons que si la Source était intrinsèquement « jour », elle aurait dû sortir la « nuit » pour poser la trame de notre monde où les choses marchent par paires.

Il se trouve que la Source est fondamentalement Amour. Elle a donc crée le monde des opposés en « sortant » (on dit aussi « manifestant ») l’opposé de l’Amour : la Peur.

C’est à dire, en substance, que le monde dans lequel nous vivons, dans lequel tout marche par opposés, fonctionne principalement sur la base de l’opposition Amour – Peur.

Ceci est une base fondamentale de la spiritualité ; le principe #2.

L’opposé de l’Amour, c’est la Peur.

 

La Source est conscience. Elle est intelligence. Elle est Vie.

Reprenons. En « éclatant », le Tout a créé ( = sorti de Iel-même) des univers, des planètes dont la Terre, et toute la Vie dessus – y compris l’Humain. Mais souvenons-nous que l’objectif premier de la Source, c’est de s’expérimenter. Il faut donc pour cela que chaque chose soit dotée de Sa conscience.

La conscience de la Source se trouve donc dans tout ce qu’elle crée. De la même façon qu’un artiste met toujours un peu de son âme dans sa création.

Elle se trouve dans l’arbre, dans le chien, la chenille, dans l’Humain.

Et par extension, elle se trouve dans tout ce que l’Humain choisit de créer. Donc même dans les objets physiques. Objets inanimés, avez-vous donc une âme.

Pourquoi nous sommes « les rois » de la Création

Étant entendu que la Source est en toute création vivante ou inanimée, et que chaque être ou chose mérite donc un respect identique, l’Humain est un petit peu différent. Son cerveau est nettement plus complexe que celui des autres êtres vivants. C’est cela, à mon sens, qui en fait un « roi ».

Les animaux, les plantes, les minéraux, qui sont apparus sur Terre avant l’Homme, sont pourvus d’émotions, de conscience, de sagesse car ils portent cette conscience et cette étincelle de la Source. J’affirme cela sans le moindre doute pour avoir expérimenté un temps la communication animale et reçu des messages qui m’ont simplement laissée sur le.

L’Humain est émotions, conscience, intelligence, sagesse au même titre que le reste de la création. Mais il a également le double effet Kiss Kool d’être « à Son Image ». À celle de la Source, donc.

Cela veut dire que l’Humain est, fondamentalement, comme la Source :

  1. Infiniment créateur
  2. Tout
  3. Amour.

Rapidement :

  1. Nous avons la capacité que les animaux, les plantes et les minéraux n’ont pas par eux-mêmes de créer. C’est à dire « de tirer des choses du Tout pour en faire des Réalités ici ». Hélas, et comme nous le verrons par la suite, « créer » ne se limite pas aux inventions révolutionnaires qui améliorent la vie de tous, ou aux œuvres d’art qui ravissent les sens. « Créer », cela veut aussi dire « détruire ». Comme dans « créer de la destruction ». Et ça, il faut dire que l’Humanité sait assez bien le faire. L’Humain a un immense pouvoir de création, qu’il ignore et dont il mésuse par ignorance.
  2. L’Humain est, à l’image de la Source, un être multi-composite et formé d’opposés. D’où l’absurdité de croire qu’être spirituel c’est être uniquement Bon, louable, noble, élevé et gentil. C’est impossible d’être uniquement tout cela car, comme la Source elle-même, nous contenons le « meilleur » comme le « pire ». Et le libre-arbitre de choisir de se définir davantage comme l’un ou comme l’autre.
  3. Surtout, et fondamentalement (principe #3) : l’essence de la Source, qui nous crée à son image, c’est l’amour. C’est donc notre essence également.

Si tu regardes une main gantée, qu’est-ce que tu vois, une main ou un gant ? Ou les deux ?…

Si l’Humain, aujourd’hui, n’est pas (encore) en capacité d’être pur amour dans tout ce qu’il est et fait, c’est parce qu’il porte un gant intégral, dont je te parlerai dans un prochain article.

 

Une goutte d’eau dans la mer

La troisième idée fondamentale de la spiritualité – que j’ai presque envie d’appeler « la religion de la Source », pour la différencier de la spiritualité des religions – c’est qu’en réalité, toutes les créations de la Source sont toujours reliées à la Source. Mieux encore : qu’elles sont toujours reliées entre elles. Et qu’elles ne sont pas « à l’extérieur » mais bien toujours à « l’intérieur » de la Source. Comme l’océan est dans chaque gouttelette qui le compose. Comme chaque gouttelette peut dire : « Je suis l’océan ».

I am he as you are he as you are me and we are all together.

The Beatles — I Am The Walrus

Ben c’est exactement ça. « Je suis lui, et tu es lui, et tu es moi, et nous sommes tous ensemble ».

Le principe fondamental #3 de la spiritualité c’est que nous sommes Un.

Malgré les apparences. Même si tu penses que la mama africaine avec son bébé sur le dos n’a rien à voir avec la petite asiat’ nerd à grosses lunettes qui n’a rien à voir avec toi. Que tu n’es aucun d’eux, vu que tu es toi.

C’est comme tout, baby : c’est vrai, et ça ne l’est pas.

Nous sommes « séparés » et nous ne le sommes pas.

En vérité nous sommes les différentes facettes d’une boule infinie. (D’où l’image de couverture. Ça t’intriguait, hein ? 😉 )

Nous sommes les différentes expressions de la Source qui s’observe et se découvre à travers nous.

Si tu sens que ça t’énerve, c’est normal. J’ai beaucoup lutté contre le concept aussi. C’est ton égo dévoyé qui réagit. Ton gant intégral. On en parlera plus tard.

C’est le hasard !

Dieu a souvent été qualifié de « Grand Horloger » et je crois bien que cela s’applique à la Source. La Source, consciente, omnisciente, omniprésente, est derrière tout ce qui nous arrive. Elle orchestre les choses. Elle répond à nos demandes. La prière est un vaste sujet que je développerai en temps et en heure, mais le concept #4 de la spiritualité c’est que la Source répond toujours à nos requêtes. Peut-être pas de la façon dont on s’y attend… et certainement pas de façon « logique » et « rationnelle ». Si bien que certains choisissent de voir du hasard là où, à mon sens, il n’y en a pas. Je crois profondément que le hasard n’existe pas.

J’ai eu avec un de mes proches (qui n’a pas du tout la même façon de regarder le monde que moi) la discussion suivante.

Au fin fond de la Chine, un homme est payé à rédiger les messages qui seront ensuite traduits et glissés dans des fortune cookies. Ceux-ci seront ensuite emballés, empaquetés et envoyés aux quatre coins du monde.

Moi, justement là aujourd’hui, je vais chez Tang Frères ; j’ai envie de fortune cookies, donc j’en achète. Le lendemain, en prenant mon thé, je mange un biscuit et je m’amuse à lire le message.

Il me dit : « Souriez, et la vie vous sourira. »

J’ai deux choix.

Soit je me dis « Ouais OK super. Pff, c’est d’un bateau ! », je jette le papier à la poubelle et je n’y pense plus.

Et rien ne change dans ma vie, tu comprends bien.

Soit je joue le jeu et je me dis, « OK, juste pour rigoler, je vais sourire à toutes les personnes que je croiserai aujourd’hui dans la rue ».

Et je le fais. Et certaines personnes me sourient en retour, et ça me fait chaud au cœur, parce qu’on a besoin de cette connexion humaine, que ça nous plaise ou non. Et peut-être même qu’en souriant à cette femme à l’air triste, là, j’ai remis du soleil dans sa journée. Et peut-être même encore que ces gens à qui j’ai souri ont souri à d’autres personnes après, qui ont souri à d’autres personnes. En choisissant de suivre le conseil de ce rectangle de papier un peu gras qui sent l’huile de coco, j’ai peut-être contribué à créer une chaîne de beau et de doux.

Et si ça se trouve, trois mois plus tard, ma voisine va m’apporter de sa trop bonne tarte aux pommes « juste comme ça »… et ce sera la retombée du choix que j’ai fait ce jour-là d’écouter la guidance.

Donc. Soit on adopte la position de ce proche, qui est : « Je n’ai pas besoin d’un bout de papier pour diriger ma vie, j’ai mon cerveau. » Et qui ne voit pas comment les mots écrits par un homme à l’autre bout du monde pourraient avoir un quelconque rapport avec lui / sens pour lui.

Soit on pense, comme moi, que c’est la Source qui a inspiré cet homme et qui lui a donné envie d’écrire tel et tel message. C’est la Source qui a fait que le paquet XXX soit « aléatoirement » envoyé en France, dans le magasin Tang Frères que je fréquente. C’est la Source enfin qui m’a soufflé l’envie d’aller acheter de la sauce Sri Racha aujourd’hui, et en passant devant le rayon biscuits, « tiens ! » de prendre « au hasard » un paquet de fortune cookies.

Je ne dis pas que le message a été écrit pour moi. Il est, c’est sûr, copié-collé dans d’autres biscuits. Je dis juste que la Source, qui sait ce dont j’ai besoin à chaque instant et pour être heureuse, et pour mon évolution, a fait arriver une guidance jusqu’à moi par le biais de ce biscuit. Le reste – suivre le conseil ou le traiter comme une gentille plaisanterie (qui sent le gras) – ne dépend que de moi.

C’est toute la différence entre penser qu’on vit dans un univers froid, hostile, où on est coupés les uns des autres et de la Divinité, si une telle chose existe,

ET

croire que nous baignons dans un univers bienveillant qui nous parle à chaque instant de mille et une façons.

 

En substance

La spiritualité se fonde sur les principes suivants :

  • la Source est l’essence, la trame, la matière qui nous compose nous, et notre « réalité ».
  • Elle est énergie. Tout ce qui Est, est énergie.
  • Nous n’en sommes jamais séparés. Nous sommes en elle. Elle est en nous.
  • Son essence, c’est l’Amour. Son opposé, c’est la Peur.
  • Tout ce qui Est est une facette de la Source.
  • Ces facettes font le Tout.
  • La goutte de Source qui se trouve en toi est la même que celle qui se trouve dans la mama africaine nerd ou le bouledogue qui bave sur la cuisse du monsieur, qui lui aussi contient bien sûr une goutte de Source qui est la même que la mienne, que celle de la galaxie Proxima du Centaure, ou que celle de Claude Monet. Nous sommes l’océan.

 

❣️ Précision, bien sûr : ceci est ma vérité, même s’il se trouve que je la partage avec des millions de gens aujourd’hui sur cette planète. Cela ne veut pas dire que c’est LA vérité. C’est une vérité, celle qui résonne le plus à l’intérieur de moi, celle qui me paraît plus vraie que le capitalisme à outrance, la surconsommation, l’exploitation de l’humain par l’humain, les incendies, les guerres, les abattoirs et touut ce qui fait la « réalité » terrienne de ce début de XXIe siècle. Pour moi, elle pue cette vérité-là, tu vois ? Elle est le produit des choix du gant intégral, et pas du coeur qui bat quelque part dedans.

Si ce que je te dis réveille quelque chose en toi, si tu tu sens ta vérité enfouie pointer le nez, j’en suis très heureuse.

Je t’invite à continuer l’exploration tant que c’est OK pour toi, étant entendu que tu ne seras probablement jamais 100% d’accord avec moi, et c’est normal. Prends ce qui te parle, ce qui te fait penser : « Mais ouaaaiiis c’est trop ça !! » ou : « Je le savais ! » et laisse le reste. Ça vaut pour tout dans la vie, d’ailleurs. Prend ce qui t’emballe, ce qui te fait vibrer, ce qui te met en joie et laisse le reste, sans aucun scrupule. Tu as le droit. C’est que ça ne sert pas ton évolution.

Si ce texte t’énerve ou si tu commences à entrer dans les jugements, c’est aussi ton droit.

Mon but n’est pas de te convaincre, mais de poser les mots qui feront résonner ce qui a envie et besoin de se réveiller chez certaines personnes.

Si tu n’es pas de ces personnes, cela ne veut pas nécessairement dire que tu n’es pas spirituel(le). Simplement que ma façon de communiquer les choses n’est pas celle qui te convient. Et même si tu n’as pas envie de t’intéresser à ce truc de spiritualité, c’est OK. Nous nous sommes tous incarnés pour des raisons spécifiques et différentes, et ce domaine n’est peut-être simplement ni dans tes centres d’intérêt, ni à ton agenda perso.

Bref. J’espère avoir posé comme je le souhaitais ce concept premier et fondamental sur lequel se construit tout le reste. Si tu as la moindre question, si quelque chose manque de clarté pour toi, dis-le moi en commentaire et je m’appliquerai à clarifier les choses – au mieux de mes connaissances et de mes capacités.

De toute façon, je reparlerai de la Source. Nécessairement.

Merci de m’avoir lue.

Oh et by the way, ce concept de « Namaste », tu sais ? Il signifie littéralement « la divinité en moi reconnaît et honore la divinité en toi ».

D’une goutte de Source à une autre, donc,

Namaste. 🙂


CRÉDITS PHOTOS

SOURCES

  • Conversations avec Dieu, tomes 1 à 4, de Neal Donald Walsch.
  • Le livre des coïncidences, de Deepak Chopra.
  • Le livre des Secrets (id.)