Akasha-koi ??

L’histoire d’Akashaïa

Ce site est né en 2019, quand j’ai eu l’opportunité incroyable de participer à un salon des arts divinatoires en tant que numérologue.

J’étais encore traductrice-relectrice à l’époque ; la numérologie, les tirages de cartes, c’était « à côté » / pour les potes / pas complètement coming out-é du placard. Il a fallu, pour ce salon, que je me crée rapidement une vitrine.

Le nom m’est (re)venu assez vite. « Akashaïa ». C’est un surnom qu’un de mes proches m’a donné comme ça, sans prévenir, il y a plusieurs années de cela. (« Akashaïavana, c’est toi ! » déclara-t-il, avant de tomber, ivre mort, sur un lit.) ;o)

Il m’a marquée tout de suite, ce nom. Dans Akashaïa, j’entends Akasha et Gaïa — le Tao et la Terre, l’Ether et la Matière, le spirituel et le concret, la Création et le Créé… Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas… Tout ça. C’est un joli nom, fort, qui me parle et me plaît.

* * *

Sans m’étiqueter « spirituelle », « mystique » ou « perchée », disons que je crois à une réalité différente de celle que nous observons tous les jours. Pour dire cela en peu de mots, je pense que nous sommes entourés et chéris par un courant invisible que les religions ont appelé « Dieu », également connu sous le nom de Source. Or, nous avons perdu la conscience de sa présence pour de multiples raisons, nous privant ainsi de son aide et de son amour (pourtant) inconditionnels. Je crois de tout mon être que nous reconnecter à cette Source à travers notre amour de nous-mêmes est la clé de notre bonheur individuel et collectif ici, sur cette belle Gaïa.

* * *

J’ai pas mal tâtonné au sujet de ce que j’avais à offrir par le biais de ce site. Il a changé 5 ou 6 fois de look, de style, de contenus. Inconsciemment, je savais que ce n’était pas « juste » ; pas « exactement ça ».

Ce qui manquait à ces pages + à ma compréhension de moi-même + à mon épanouissement personnel, c’était le fait d’embrasser ma part créative. Que j’ai niée, refoulée, dénigrée pendant des années, et qui m’est apparue comme un phare éclatant quand… j’ai attrapé le covid. 🙄

Accepter cette clé a ouvert d’un coup plusieurs serrures à la fois. 🗝

  • Je n’osais pas écrire « mes trucs de sorcière », de peur de. Quoi, on sait pas. Persécution, bûcher, again ? Maintenant je le fais parce que c’est ma vérité, que je ne torture personne ce faisant, et que mon intention est vraiment guidée par le cœur. Après tu adhères, tu adhères pas, c’est toi qui voisse ; mon rôle à moi c’est de le mettre à ta disposition.
  • Quand on a, comme moi, beaucoup d’énergie du 1 dans son thème numérologique, il faut soit créer tout le temps soit faire beaucoup de sport pour éviter que le surplus se traduise par de l’énervement — qui, bien sûr, se déverse sur les autres. Et le sport, c’est vraiiiiiiment pas ma ☕  [à ce jour]. Or, je suis quand-même ‘achement plus calme depuis que j’ai compris que j’avais besoin d’avoir un truc entre les mains (crochet, scoubidou, frivolité, tricot…) une bonne partie du temps. Et qu’en plus, j’adore ça.
  • Et surtout… surtout-surtout-surtout, je rejetais mon expression énergétique. Je la jugeais infantile, j’essayais de me faire plus mature, plus « raisonnable » ; du coup, ce que j’écrivais prenait des accents sentencieux, moralisateurs, et c’est teelllement pas ce dont j’avais envie !! Aujourd’hui, j’accepte le fait d’être une femme-enfant, un cœur juvénile, joyeux, optimiste, amoureux de la vie, et d’être totalement décalée de la « norme », car ce n’est ni « bien », ni « mal », c’est moi. 🙂

 

Cela dit, Akashaïa sera probablement amené(e) à évoluer encore, parce que la vie est constant changement (et que résister à ça, c’est mourir un peu) et puis parce que ce site me ressemble et que j’ai besoin de me renouveler sans cesse. Et aussi parce que je sens encore que nous n’avons pas développé notre plein potentiel. ;o)

Donc ne t’étonne pas s’il a encore complètement changé la prochaine fois que tu viendras. ;o) [Voir point 7 de mon portrait chinois plus bas. 😉 ]

J’aimerais également, par le biais de ce site et de son style tout personnel, communiquer sur la notion de « spiritualité ».

  • NON la spiritualité n’est pas réservée aux vieux barbus (encapuchonnés),
  • OUI on peut être créatif, avoir gardé son cœur d’enfant et être spirituel — AU CONTRAIRE, même. Pour moi, la créativité, la joie, la simplicité et la légèreté sont indissociables de la spiritualité.

On en reparlera. 😉

 

Mais au fait, qui suis-je ?

Ben là c'est ma photo

Portrait robot-chinois de moi-même en 11 points…

(info bonus : j’aime bien les images en miroir 😉 )

 

 

 

  1. J’adore ce qui est tout petit et extrêmement détaillé. Je pars régulièrement en trip devant les dessins du plateau du Cluedo.
  2. J’aime inventer de nouveaux mots.
  3. Je suis Gémeau ascendant Verseau sur un chemin de vie numérologique en 9.
  4. Je ne sais pas faire de vélo. (C’est sur ma to_do de vie.)
  5. Je vénère les abeilles. Et je crois qu’elles m’aiment bien aussi.
  6. Quand le ciel est (trop) gris, je fais des crêpes. C’est devenu un réflexe chez nous.
  7. J’ai besoin de bouger régulièrement les meubles, de refaire les pièces (pas spécialement la déco, vraiment créer une nouvelle pièce avec les meubles déjà là.)
  8. J’aime les pulls à paillettes (« Catchaaa ! ») et les écharpes à pompons.
  9. Je suis une comédienne. J’aime jouer des rôles. J’ai fait du théâtre.
  10. J’adore les jeux de mots pourris, les calembours nuls… (c’est drôle *passque* c’est nul, tu comprends ?) mais pas les blagues Carambar. Faut quand-même pas pousser.
  11. Je suis sincère. Pas encore « franche », mais j’y travaille. Je me montre parfois un peu trash-provoc’, pour le plaisir de surprendre et, j’avoue, de choquer un peu. J’aime bien NE PAS être où on m’attend. 😋

Merci d’avoir tout lu. 😋

À bientôt !

Sandra 💖